Bakhita

(Albin Michel)
4.8 ( 6 votes )
Recommandé par
6 DéLecteurs

Elle a été enlevée à sept ans dans son village du Darfour et a connu toutes les horreurs et les souffrances de l'esclavage. Rachetée à l'adolescence par le consul d'Italie, elle découvre un pays d'inégalités, de pauvreté et d'exclusion.
Affranchie à la suite d'un procès retentissant à Venise, elle entre dans les ordres et traverse le tumulte des deux guerres mondiales et du fascisme en vouant sa vie aux enfants pauvres.
Bakhita est le roman bouleversant de cette femme exceptionnelle qui fut tour à tour captive, domestique, religieuse et sainte. Avec une rare puissance d'évocation, Véronique Olmi en restitue le destin, les combats incroyables, la force et la grandeur d'âme dont la source cachée puise au souvenir de sa petite enfance avant qu'elle soit razziée.
Améliorer la fiche

Qu’en avez-vous pensé ?

08/02/2019
3.5

Une bonne lecture, parfois compliquée... 




16/12/2018
5.0
Extraordinaire tant dans l’ecriture que dans ce que raconte cette histoire... j’ai été profondément touchée. 
Lire plus

13/09/2018
5.0
Bakhita de Véronique Olmi. Qu'ajouter à toutes les critiques déjà publiées? Bakhita, petite fille enlevée à l'âge de 7 ans dans son village du Darfour, réduite à l'esclavage , abimée, meurtrie physiquement et moralement,sera ramenée en 1885 en Italie dans les bagages du consul d'Italie rentré précipitamment de Khartoum. Elle décidera d'entrer dans les ordres et se consacrera sa vie durant aux pauvres, surtout aux enfants. La couleur de sa peau fera d'elle un objet de curiosité et de crainte, il faudra la parution du récit de sa vie pour qu'elle devienne l'objet d'une véritable dévotion. servant à son coeur défendant la cause de l'impérialisme colonial de Mussolini. Jean Paul II signe sa béatification le 1er octobre 2000 .Cette biographie romancée écrite de main maitre par Véronique Olmi nous fait découvrir le parcours chaotique vécue par un enfant au coeur de l'Afrique noire, séparée de sa famille, asservie , ballotée de maitre en maitresse. Pourquoi faut il toujours que celui qui conquiert militairement ou financièrement un territoire se comporte comme un prédateur? Colonialisme et esclavagisme ont à priori le plus souvent cohabité à la plus grande honte de l'humanité. J'aimerais croire que cela n'existe plus et n'existera plus jamais mais à lire les informations et les témoignages de par le monde j'en arrive à douter ...Une lecture coup de poing et coup de coeur !
Lire plus

11/04/2018
5.0
Un chef d'oeuvre déchirant et d'une beauté assassine. Bakhita m'a marquée à vie. Ce roman merveilleusement écrit m'a émue. J'ai pleuré, j'ai arrêté de lire, j'ai recommencé car l'histoire de cette petite fille qui a oublié son nom on ne peut pas la quitter, on ne peut pas l'abandonner. Ce n'est pas une histoire, c'est sa vie vrai, cruelle avec l'espoir et la mort qui s'entremêlent à chaque page. C'est mon roman 2017!
Lire plus