Bonjour, c'est l'infirmière !

(J'ai Lu)
3.8 ( 2 votes )
Recommandé par
1 DéLecteurs

Chaque matin, Charline réveille sa voiture et sa motivation pour se rendre chez ses patients. Elle a ses chouchous, comme ce couple de vieux qui se chamaille avec la tendresse d'un vieux couple, et il y a aussi des patients difficiles, comme cet homme alcoolique et violent face à qui elle s'est sentie si vulnérable. À chacun, elle prodigue ses soins et un peu plus. Un peu plus, c'est un coeur attentif, qui écoute sans compter son temps, même si ce n'est pas remboursé par la sécurité sociale. Voilà ce qui rend ce métier si exposé, si dur parfois, et surtout si précieux.
Franchissons avec elle les portes de ses maisons habitées par la maladie, la solitude, mais aussi la joie, l'espérance, l'humour (et toutes sortes d'animaux). Tendres, poignantes ou cocasses, ces histoires de patients racontent cette profession à laquelle nous confions ce que nous avons de plus intime, de plus fragile, et de plus cher : nos malades.
Améliorer la fiche

Qu’en avez-vous pensé ?

07/02/2019
5.0

Ce livre décrit la dure réalité de ce métier en libéral. Bcp d'humour.




DéjàLu.fr
11/10/2017
2.5
Pour être honnête, je n'avais jamais entendu parler ou lu un quelconque article sur le blog « C'est l'infirmière ! Brèves et chroniques d'une infirmière rurale ». Pourquoi, vous parlez de ce Site Web ? me diriez-vous. Tout simplement, parce que le livre dont je m'apprête à rédiger une critique en est le prolongement. Dans « Bonjour, c'est l'infirmière ! », Charline, l'auteure, couche, cette fois-ci sur papier, son quotidien de soignante libérale entre claquements de portières et sonnettes de portes. Avant de rentrer dans le vif du sujet, je remercie Babelio de m'avoir sélectionnée pour cette masse critique privilégiée et les Editions Flammarion pour leur envoi. Venant de tourner la dernière page, je dois admettre que j'ai passé un bon petit moment de lecture et que je ne regrette pas d'avoir répondu à l'invitation de notre cher réseau de lecteurs. Par ce récit, la jeune femme de trente-trois ans nous invite à partager une de ses semaines de travail typique dans la campagne Angevine. Du samedi au vendredi inclus, nous embarquons donc avec elle pour aller soigner, panser, injecter, laver, soulager, écouter, consoler ses nombreux patients majoritairement âgés, voire du quatrième âge. En pénétrant dans l'intime de ces personnes, nous tentons de comprendre les spécificités et autres particularités de l'exercice en libéral. Nous sommes confrontés aux difficultés, aux peines, aux imprévus, aux petites joies, aux tracas administratifs d'une tournée dite « normale ». Bref, nous vivons à travers Charline. Nous devenons « elle » si j'ose m'exprimer ainsi. Quel est l'étendue et la portée de son boulot ? En quoi consiste-t-il précisément ? Quelle en est la complexité ? A quoi doit-elle faire face ? Qu'en récolte-t-elle de positif ou de négatif ? A vous de trouver les réponses en entamant ce court roman autobiographique. Avant toute chose, je dirai que cet écrit est un condensé de vie, d'amour, d'empathie, de drame. La force de la romancière est d'avoir tout retranscrit de ses interminables journées. Par sa plume, elle ne s'interdit rien et ne nous cache rien. Elle n'hésite pas à dénoncer, à condamner les violences exercées à l'encontre de ces paramédicaux, les inepties de notre système de soins. Opus touchant, drôle et malheureusement empli de vérités. Charline m'a émue par sa tendresse, sa disponibilité. J'ai apprécié son humour. J'ai ri de certaines de ses réflexions. J'ai eu une ou deux fois la larme à l'oeil devant des situations vécues. Je la félicite d'avoir eu le courage de se mettre à nu sans fausse pudeur. Merci à elle de nous avoir expliqué les tenants et aboutissants de la fameuse nomenclature NGPA. Même si j'en connaissais l'existence, je dois reconnaitre que son exposé est fort utile si l'on souhaite comprendre cette classification des actes médicaux remboursés par la Sécurité Sociale. J'ai éprouvé de l'empathie, de la tristesse pour une minorité de ses patients. Je les ai trouvés attachants. Témoignage habillement construit dans le temps : le fait de suivre notre écrivaine sur sept jours d'affilié nous permet de nous imprégner de l'ampleur de sa tâche. Nous nous immergeons totalement au sein de ces habitations où cohabitent maladie, souffrance, isolement, solitude, quelquefois paupérisation avec petits bonheurs, rigolades, bienveillance. Ecriture plaisante, lumineuse, facile, rapide à lire. A conseiller ? Oui, car même si ce n'est pas un chef d'oeuvre littéraire (ce n'est pas son rôle), il est indéniable qu'il nous ouvre les yeux sur les incohérences de notre système de santé. Il nous amène à réfléchir sur les moyens organisationnels et stratégiques mis en place dans notre pays pour assurer une continuité et surtout une qualité des prestations de santé. Si je n'avais que deux mots qui me venaient à l'esprit, je dirais : Lisez-le ! Chapeau bas ! Mesdames et Messieurs les infirmiers pour les services rendus et à rendre. Votre abnégation est précieuse et indispensable.
Lire plus