Bonne élève

(Les Éditions Noir sur Blanc)
2.0 ( 1 votes )

"Bonne élève est le portrait d’une jeune femme de Buenos Aires qui a fait de brillantes études en histoire de l’art dans une université du nord de l’Angleterre. De retour en Argentine, elle ne trouve pas de travail, et repart en Angleterre quelques années plus tard. Sa mère lui a donné un an pour se bâtir une nouvelle vie, l’entretenant grâce à l’héritage du père. Mais le pays est en crise lui aussi. Déclassée, elle loue des chambres de plus en plus minables, travaille dans une bibliothèque universitaire en attendant un mieux qui ne vient pas, rattrapée par la précarité. On ne peut lâcher ce premier roman optimiste et désespéré de Paula Porroni qui a créé une antihéroïne, naufragée volontaire qui ne cherche pas à se faire aimer, comme à des années-lumière de sa propre vie."
Améliorer la fiche

Livres similaires

Qu’en avez-vous pensé ?

08/02/2019
2.0
Bonne élève Paula Porroni Noir sur blanc Notabila, janvier 2019, #Bonneélève #NetGalleyFrance"On ne peut lâcher ce premier roman optimiste et désespéré" nous dit l'éditeur et pourtant ce n'est pas l'envie qui m'a manquée! Seule la brièveté du roman m'a incitée à aller jusqu'au bout de cette descente aux enfers. Une jeune femme argentine, diplômée d'une bonne université anglaise , décide de revenir en Angleterre après quelques années passées en Argentine. La crise économique en Argentine ne lui permet pas de trouver un travail correct donc elle décide de tenter un doctorat , pour cela elle ponctionne les réserves familiales , et repart en Europe. Mais les choses ne se présentent pas comme elle le souhaite et c'est la spirale infernale... Voilà au départ une trame malheureusement classique mais cette "bonne élève" est aussi d'un égocentrisme démesuré et victime d'une addiction , elle se sait perdante, elle se voit perdante et s'autodétruit , automutilation, sévices corporels, alcoolisme , sexe tout est bon pour se punir et se déconsidérer... Un roman troublant, perturbant. Je n'ai apprécié ni le sujet ni l'écriture. J'ai trouvé que ces phrases verbe, sujet, complément autour d'un JE omniprésent d'un ennui incommensurable Quelle déception! Je vais finir par penser que la littérature latino-américaine ne me convient pas et cela ne sera pas faute d'avoir essayé ..Merci aux éditions Notabila pour cette découverte.
Lire plus