Le silence de la cité

(Denoël)
4.0 ( 1 votes )
Recommandé par
1 DéLecteurs

Dans la Cité où ils se sont repliés à l'heure des Abominations, les scientifiques presque immortels, derniers dépositaires de la civilisation, s'ennuient tandis qu'à l'extérieur se succèdent les générations de mutants barbares. Dernière enfant de la Cité, fruit des expériences génétiques de Paul, Elisa apprend à connaître son corps et ses facultés d'autorégénération et reprend à son compte le Projet des généticiens : réensemencer la race humaine, à l'extérieur de la Cité trop dorée et corruptrice, et lui transmettre ses nouveaux pouvoirs. Mais c'est compter sans les données psychologiques individuelles qui font l'originalité de l'homme et qui, seules, peuvent mettre en échec le programme le plus habilement informatisé. Une étonnante saga, riche et dense, peuplée de personnages du futur, mais qui parlent le langage éternel de l'amour et de la douleur.
Améliorer la fiche

Livres similaires

Qu’en avez-vous pensé ?

15/05/2019
4.0
Manipulations génétiques dans un proche futur * Lecture commune faite avec @Witchblade (et @anne_the_boyz: non-membre) * Un roman post-apocalyptique dans ma PAL depuis un bon moment. L'auteure franco/canadienne est peu citée parmi les grands de la SF (c'est encore un petit milieu mais qui tend à s'étendre progressivement, tant mieux). le livre a eu le grand prix de l'imaginaire en 1982. Et puis il a été oublié jusqu'à ce qu'une maison d'édition le republie (refondu) en 1998. * Notre monde en train de sombrer dans le chaos . Non, pas de zombie, ne vous en déplaise! Mais plutôt un virus. Une drôle de maladie impliquant une naissance surnuméraire de bébés filles. Une cité - cachée et isolée du reste de la civilisation - a pour but de redistribuer les cartes à sa manière. Entre génétique et robotique, elle a pour projet de créer une nouvelle race d'humains (légèrement modifiés mais avec des capacités de régénération cellulaire). Dans cette ambiance surréaliste, une jeune fille, Elisa, sera la première prototype. Avec elle, le lecteur apprendra bien des secrets de cette cité mystérieuse. Elisa se fera aider d'hommes-machines. Et c'est bien à ce moment-là qu'on se rendra compte de l'effroyable pouvoir des IA (intelligence artificielle). * Au début de ma lecture, j'ai eu la sensation de me perdre dans l'histoire. Je vous avoue que j'ai failli lâcher. Mais en sachant que mes 2 acolytes me suivaient tout le long, j'ai continué. Je me suis emmêlée dans les dates, les lieux, les actions des protagonistes. Je ne voyais pas vraiment où l'auteure m'emmenait. Il me fallait beaucoup d'imagination car les descriptions se faisaient rares. Entre passé et présent, le texte me semblait nébuleux. Puis le déclic ! Au moment où Elisa débute son Projet, je me suis laissée emporter dans la complexité et très grande richesse du récit. * C'est dense, d'une écriture simple mais directe et des thèmes passionnants dans un univers élaboré. En 1982 (parution), les IA n'étaient pas encore dans l'esprit des chercheurs. Prémonition? Aujourd'hui, ce livre est brulant d'actualité ! On entrevoit aussi la question du genre (question de libre-arbitre), le rapport de force homme-femme, la manipulation mentale, la génétique à outrance. Toutes ces questions traitées avec intelligence et finesse (sans parti pris, hormis peut-être le côté féministe, notamment dans la guerre des pouvoirs). Quelques invraisemblances dans les dialogues entre le père et Elisa, une apparition soudaine d'une "race" batarde (les Cesti), une guerre semi-avortée mal restituée dans l'intrigue). * On peut quand même dire que ce roman est inclassable. Par sa construction, ses thèmes, son avant-gardisme, le mélange entre questions philosophiques et scientifiques, c'est l'originalité avec un grand O. * Je n'ai pas boudé mon plaisir et je vous le recommande très chaudement. Même pour certains qui seraient réfractaires au genre de la SF, voyez-le comme un essai d'anticipation. (Notre futur lointain?)
Lire plus