Le vertige du funambule

Le design graphique, entre économie et morale
(B42)
0 ( 0 votes )

Parce qu'il contribue à la mise en forme de contenus et à l'organisation des conditions de circulation des biens matériels et immatériels, le design graphique est toujours une recherche d'équilibre entre son instrumentalisation par les pouvoirs économiques, politiques et l'attitude critique des designers à l'égard de ces pouvoirs. Le vertige naît de la rupture de cet équilibre. Le capitalisme cognitif et l'industrie culturelle connaissent les compétences du design graphique. Assimilé à un emballage créateur de plus-value, il contribue à favoriser l'extension d'un formatage esthétique mondialisé. Faut-il renoncer à la fonction critique du designer ? Faut-il accepter de faire le deuil d'une capacité à accompagner les individus dans la lecture de la complexité? Au contraire, il s'agit d'interroger et d'actualiser cette fonction critique en investissant ce qui constitue aujourd'hui le terreau commun : la culture numérique. Un certain nombre de conditions doivent cependant être réunies : revenir à l'histoire du design graphique et au contexte de sa formation à la fin du XIXe siècle, réfléchir à son rapport à la technique et à son lien à la notion de "projet". Cette actualisation nécessite la constitution d'une culture qui intègre les nouvelles pratiques forgées par l'arrivée des nouvelles technologies, une pensée de cette technologie et de nouvelles méthodes d'analyse. Pour cela, faut-il que chaque acteur du design graphique accepte de sortir de son statut et de ses certitudes : s'aventurer dans l'inconnu.
Améliorer la fiche

Livres similaires

Qu’en avez-vous pensé ?