Mille petits riens

(Actes Sud)
4.5 ( 3 votes )
Recommandé par
3 DéLecteurs

Ruth est sage-femme depuis plus de vingt ans. C'est une employée modèle. Une collègue appréciée et respectée de tous. La mère dévouée d'un adolescent qu'elle élève seule. En prenant son service par une belle journée d'octobre 2015, Ruth est loin de se douter que sa vie est sur le point de basculer. Pour Turk et Brittany, un jeune couple de suprémacistes blancs, ce devait être le plus beau moment de leur vie : celui de la venue au monde de leur premier enfant. Le petit garçon qui vient de naître se porte bien. Pourtant, dans quelques jours, ses parents repartiront de la Maternité sans lui. Kennedy a renoncé à faire fortune pour défendre les plus démunis en devenant avocate de la défense publique. Le jour où elle rencontre une sage-femme noire accusée d'avoir tué le bébé d'un couple raciste, elle se dit qu'elle tient peut-être là sa première grande affaire. Mais la couleur de peau de sa cliente, une certaine Ruth Jefferson, ne la condamne-t-elle pas d'avance ? Avec ce nouveau roman captivant et émouvant, Jodi Picoult aborde de front le grand mal américain et nous montre ― à travers les petits riens du quotidien, les pas vers l'autre ― comment il peut être combattu.
Améliorer la fiche

Qu’en avez-vous pensé ?

28/01/2019
3.5
Ruth est infirmière depuis 20 ans à la maternité de New Haven. Elle concentre la reconnaissance des patientes, de ses supérieurs et de ses collègues.Un couple de suprémacistes blancs vient d'avoir son premier bébé. L'arrivée de Ruth dans la chambre leur coupe le souffle : elle est afro-américaine. Leur demande de changer d'infirmière est acceptée par la direction de l'hôpital. Mais le lendemain, le bébé meurt malgré la tentative de réanimation d'une équipe composée notamment de Ruth.Un procès s'en suivra.J'ai un avis très mitigé sur la façon dont le sujet du racisme est traité dans ce roman.D'un côté, l'auteure attire l'attention sur les mille petits riens qui font de la vie des afro-américains un enfer quand ils vivent dans un quartier de « blancs » : la surveillance renforcée dans les magasins, les changements de file d'attente, les fouilles systématiques après le passage en caisse, les préjugés de violence et de de précarité intellectuelle et sociale. le pire est bien sûr les remarques soi-disant non racistes de personnes bien intentionnées : « je suis si contente que cela arrive à quelqu'un comme vous ! « (ben voyons).De l'autre côté, il me semble que l'auteure n'avait pas besoin d'avoir recours à des personnages suprémacistes, des comptes rendus de réunion de défense de la race aryenne. de même, le fait que la procureure soit noire ou bien la fin que je ne dévoilerai pas mais qui est indigne au respect du lecteur, sont des artifices caricaturaux qui viennent entacher le propos et le décrédibilisent.Déçue
Lire plus

22/06/2018
5.0
Profondeur et justesse pour ce roman social qui pointe du doigt ces mille petits riens qui derrière des non-dits en disent longs pour beaucoup d’entre nous. Ces attitudes, ces réflexions, ceux dont personne ne veut admettre, que l’on rencontre au quotidien, ceux qui dit, fait, presque inconsciemment vous font comprendre que vous n’êtes pas tout à fait comme tout le monde. L’angle pris par l’auteure est judicieux pour ne pas dire brillant. Elle prend le parti d’aborder ce racisme “dissimulé”, de la même manière qu’il est utilisé, c’est-à-dire très subtilement, bien que parfois, certains passages peuvent provoquer un certain malaise. Le roman tourne essentiellement autour de trois personnages : Turk, Ruth et Kennedy. On y suit les débuts de Turk et de celle qui va devenir son épouse, Brittany et leurs évolutions dans le milieu des suprémacistes. Puis il y a Ruth et son fils Edison, qu’elle tente d’élever “normalement”, loin de tous ces préjugés et sa façon à elle de s’intégrer dans son propre pays. Et enfin Kennedy, l’avocate commis d’office qui voit le cas de Ruth comme du pain béni pour sa première grande affaire de meurtre. Un certain nombre de termes médicaux en début du roman qui vont laisser place à une histoire criante de vérité, qui nous met face à nos propres jugements. L’histoire met aussi en lumière les réticences du système judiciaire américain face aux discriminations raciales encore aujourd’hui. Ces mille petits riens dérangent autant qu'ils vous touchent, jusqu’à vous prendre aux tripes, bousculent les idées préconçues et vous donnent une belle leçon de vie.
Lire plus