No Home

(Le Livre de Poche)
4.5 ( 6 votes )
Recommandé par
5 DéLecteurs

XVIIIe siècle, au temps de la traite des esclaves. Ghanéennes, Effia et Esi sont demi-sœurs mais ne se connaissent pas. La sublime Effia est mariée de force à un Anglais, le capitaine du fort de Cape Coast. Dans les cachots de ce fort sont enfermés les futurs esclaves. Parmi eux, Esi. Elle sera expédiée en Amérique. Ses enfants et petits-enfants seront continuellement jugés sur la couleur de leur peau. La descendance d'Effia, métissée et éduquée, perpétuera le commerce triangulaire familial et devra survivre dans un pays meurtri pour des générations.
Yaa Gyasi nous conte le destin d'une famille à l'arbre généalogique brisé par la cruauté des hommes. Un voyage dans le temps inoubliable.

Une incroyable saga, un talent inouï. Vertigineux. Estelle Lenartowicz, Lire.

Une écriture limpide, un savant dosage de politique et d’intime, d’histoire et de magie. Gladys Marivat, Le Monde des livres.

No Home pourrait bien devenir un classique. Yves Viollier, La Vie.
Améliorer la fiche

Qu’en avez-vous pensé ?

12/08/2018
5.0
Un chef d'oeuvre, mon deuxième coup de coeur lu en 2017 après Bakhita de Véronique Olmi. On traverse la généalogie, la géographie et les âges en suivant les horreurs de l'esclavage dans toutes ses formes. Le texte est superbement écrit, rythmé par les allé-retours entre les familles et les générations.
Lire plus

16/04/2018
4.0
Fresque historique, saga familiale, ce roman retrace l'Histoire de l'esclavage.Du début du 18ème siècle au début des années 2000, le lecteur suit le tragique destin des descendants de 2 soeurs, l'une vendue comme esclave, l'autre mariée à un colon qui apportait une dote bienvenue.Un personnage par génération et par chapitre : ainsi est construit ce superbe roman qui allie Histoire et romance.Ces personnages sont magistralement campés. La profondeur de leur caractère les rend terriblement attachants. de Effia à Sonny en passant par H ou Quey, ils sont chacun le reflet vivant de leur époque, marqués par l'évolution de la condition noire au fil des décennies.Ghanéenne immigrée aux Etats-Unis dans sa plus jeune enfance, cette romancière de 26 ans fait preuve d'un style époustouflant et d'une grande force de travail de recherche.La prouesse est de ne jamais prendre parti, de montrer sans chercher à démontrer ; et il est vrai que les faits parlent d'eux-mêmes. Si l'esclavage a été aboli, les lois ségrégationnistes l'ont subtilement remplacé et ont installé dans les esprits une discrimination qui semble sans fin. Mais l'auteur met aussi en avant le rôle de certains villages qui ont « approvisionné » les colons en esclaves.Cette absence de manichéisme donne toute son authenticité à la narration.Ce premier roman est magistral. Auteur à suivre.
Lire plus