Northman Rhapsody

(Butterfly Éditions)
3.5 ( 1 votes )
Recommandé par
1 DéLecteurs

À l'âge de quatre ans, un drame a bouleversé la vie de Keir. Seule une petite fille aux mains collantes et aux poches pleines de bonbons saura l'apaiser au point de lui faire tout oublier. Des années plus tard, alors qu'il s'apprête à rejoindre les rangs de l'IRA, comme ses parents avant lui, l'Irlandais doit quitter Belfast. Parce qu'il fuit. Belfast. Sa famille. Ses idéaux.

Voilà maintenant dix ans que Keir s'est reconstruit un semblant d'existence loin des siens. Mais le destin n'épargne jamais un Kinsella. Un événement tragique l'oblige à repartir dans sa ville natale. Là-bas, rien n'a changé. Ni les conflits. Encore moins la violence. Et surtout... surtout, elle. Seena. Sa soeur. La seule qu'il ait jamais désirée. La seule qui lui soit interdite. Entre une famille qu'il ne connaît plus vraiment, l'IRA toujours active et le poison de ses sentiments envers Seena, Keir devra, une fois de plus, faire un choix.

"Des vérités, il y en a à la pelle, mo fairy. Toutes différentes. Pour blesser. Pour aimer. Pour tuer. J'en ai une pour chaque jour avec toi. Sans toi. Parce que chaque pas est une agression. Chaque geste, une torture. Une bataille dans la guerre que nous menons."

***

— Ne recommence pas comme lorsque nous étions ados. Ne me fuis pas en couchant avec elle.

— Il n’y a rien entre nous, Seesee.

— Il y a toujours eu un nous, Keir, je le corrige du tac au tac. Il y aura toujours ce nous. Je suis épuisée de faire semblant. En être conscients et le combattre sont deux choses différentes... Tu es là depuis seulement quelques heures, et je n’en peux déjà plus de...

Je ne termine pas ma phrase, la laisse en suspens dans ce silence hurlant qui nous étouffe.

— Je serai certainement reparti dans...

— Justement. Je te perdrai. Encore.

Il soupire, ses doigts broient ma hanche, tapissent mon derme de chair de poule. Après une seconde de réflexion, il me colle rapidement sur le front un baiser chaste avant de s’éloigner de moi d’un pas.

— Si je ne la baise pas, il ne te touche plus jusqu’à mon départ, souffle Keir, ses iris aussi sombres que les miens.

***
Améliorer la fiche

Qu’en avez-vous pensé ?