Wild heart

(Milady)
4.0 ( 1 votes )
Recommandé par
1 DéLecteurs

Comment s'autoriser à aimer lorsqu'on est en colère contre tout le monde, et surtout contre soi-même ?

« Es-tu en colère Gabriel ? »
Cette question, le docteur Grant la lui a posée pendant trois ans, à chaque début de séance, durant toute sa détention au centre correctionnel de Red Wing. Quand Gabriel en sort, elle reste dans sa tête comme un disque rayé.
Bien sûr qu'il est en colère, il l'a toujours été et il l'était surtout au lycée, où il voyait Vicky, ce garçon un peu trop souriant, un peu trop heureux. Ce garçon aux habits colorés, aux yeux gris, et qui semblait le regarder différemment. Un jour, Gabriel l'a poussé un peu trop fort. L'instant d'après, Vicky gisait au bas d'un escalier, sa jambe brisée. Handicapé, à jamais...
Depuis qu'il est sorti du centre correctionnel, Gabriel essaie de refaire sa vie. De travailler dans un garage. De renouer des liens avec sa soeur. Il écrit des lettres, aussi, des lettres d'excuse qu'il n'envoie jamais. Il se bat pour trouver un certain équilibre et contrôler cette rage qui le dévore... jusqu'au jour où, par hasard, sa route recroise celle de Vicky.

« Ce roman est un véritable poème à lui tout seul, une ode à la vie qui nous donne envie de nous battre encore et encore. » Sur l'étagère

« Ce roman est magique, poignant, fort émotionnellement et psychologiquement, c'est une prise de conscience, je l'ai refermé en ayant vraiment l'impression de m'être pris une grande claque. Ce livre est dans le don, il donne tout ce qu'il a, de la rage, de la haine, de la douleur, de la tristesse, de la culpabilité, de la violence mais aussi beaucoup d'amour, de la passion, de la sensualité et tout cela est si sincère. » Tsuki-Books

Extrait :

« Je le revis, des années plus tôt, débarquer au lycée avec ses cheveux longs et ondulés, d'un bleu ciel qui s'éclaircissait par endroits, devenant presque blanc.
Il m'avait souri et je l'avais pris comme une attaque.
Aujourd'hui, il avait toujours le même sourire et chacun d'eux me révélait un mystère.
Il était beau. D'une façon bouleversante à laquelle je ne pouvais pas échapper.
Ça me mettait encore en colère, parfois.
Et parfois, ça me rendait simplement plus léger.
Parce que, parfois, je me voyais avec ses yeux et soudain, il n'y avait plus d'ombres. Plus d'obscurité. Juste une nuit et quelques étoiles. »

© Bragelonne 2016
Améliorer la fiche

Qu’en avez-vous pensé ?