La Maison où je suis mort autrefois

(Babel noir)
4.3 ( 2 votes )
Recommandé par
2 DéLecteurs

Sayaka Kurahashi va mal. Mariée à un homme d'affaires absent, mère d'une fillette qu'elle maltraite, elle a déjà tenté de mettre fin à ses jours. Et puis il y a cette étonnante amnésie : elle n'a aucun souvenir avant l'âge de cinq ans. Quand, à la mort de son père, elle reçoit une enveloppe contenant une énigmatique clef à tête de lion et un plan sommaire conduisant à une bâtisse isolée dans les montagnes, elle se dit que la maison recèle peut-être le secret de son mal-être et décide de s'y rendre, en compagnie de son petit ami. Ils découvrent une construction apparemment abandonnée, où toutes les horloges sont arrêtées à la même heure. Dans une chambre d'enfant, ils trouvent le journal intime d'un petit garçon et comprennent peu à peu que cette inquiétante demeure a été le théâtre d'événements tragiques...
Améliorer la fiche

Qu’en avez-vous pensé ?

13/03/2019
4.5
Sayaka Kurahashi renoue avec son ex petit ami . Elle ne va vraiment pas bien, sa fille est pour quelque temps chez les grand-parents , son mari séjourne aux U.S.A .Ne croyez surtout pas que c'est pour la bagatelle qu'elle lui demande de l'accompagner ! Elle vient de trouver dans une poche de la veste de son père décédé une clef et un plan sommaire . Que représentait ce lieu pour son père ? Pourquoi n'a t'elle aucun souvenir de sa toute petite enfance? La seule personne en qui elle a une confiance absolue est cet homme .Les voilà partis direction Nagano , une maison les attend mais pas n'importe quelle maison! Un mystère aussi . A eux de le résoudre, commence alors l' enquête ...C'est le premier roman de Keigo Higashino que je lis , que dis-je que je dévore. Qu'on est loin des romans policiers anglo-saxons ou nordiques! Certes il y a une enquête mais c'est avant tout un roman d'atmosphère, un roman sur l'amnésie d'une enfant devenue femme . L' écriture sèche pourrait paraître froide mais elle est en fait d'une efficacité redoutable. les pages se tournent toutes seules , vous ne pourrez lâcher ce roman qu'une fois terminé .Un roman classé polar qui peut même plaire à ceux qui n'aiment pas les polars que dire de plus !
Lire plus

16/04/2018
4.0
Ce roman policier japonais a reçu le prix du Polar étranger au Festival de Cognac en 2010. Sa grande originalité réside en l'absence de crime à résoudre par un représentant de la police. Il s'agit d'un homme qui accepte d'aider celle qui fut sa compagne à l'adolescence à retrouver la mémoire de son enfance. La résolution de l'énigme adopte la méthode de Sherlock Holmes : analyse des indices et déduction. le lecteur est pris dans la foultitude des hypothèses qui viennent tantôt se contredire, tantôt se corroborer. Et les pages se tournent avec impatience. Contrairement aux personnages de Conan Doyle, les protagonistes sont des gens respectueux qui se comportent selon la tradition. Celle-ci du reste est le socle de leur analyse. Si l'enquête est donc méthodique et sans violence, les personnages sont plus en subtilité et la résolution de l'énigme mettra à jour des comportements peu recommandables, même pour nous autres Occidentaux. Petit bémol quand même : les descriptions du trajet effectué au début du roman m'ont parues bien longues. La narration est moins approfondie que celle de la lumière de la nuit du même auteur et qui contient, il faut le reconnaître, 400 pages de plus. On peut cependant y voir la capacité de l'auteur à adapter ses récits au fond qu'il souhaite leur donner. J'ai hâte de lire un 3ème titre.
Lire plus