Le Prince à la petite tasse

(Calmann-Lévy)
4.2 ( 3 votes )
Recommandé par
2 DéLecteurs

Un jour, j’ai dit : « Ils sont des milliers à dormir dehors. Quelqu’un pourrait habiter chez nous, peut-être ? » Et Fabrice a dit : « Oui, il faudra juste acheter un lit. » Et notre fils Marius a dit : « Faudra apprendre sa langue avant qu’il arrive. » Et son petit frère Noé a ajouté : « Faudra surtout lui apprendre à joueraux cartes, parce qu’on adore jouer aux cartes, nous ! »

Pendant neuf mois, Émilie, Fabrice et leurs deux enfants ont accueilli dans leur appartement parisien Reza, un jeune Afghan qui a fui son pays en guerre à l’âge de douze ans. Ce journal lumineux retrace la formidable aventure de ces mois passés à se découvrir et à retrouver ce qu’on avait égaré en chemin : l’espoir et la fraternité.
Améliorer la fiche

Livres similaires

Qu’en avez-vous pensé ?

06/01/2019
4.5
Un récit divin !! J'ai eu un véritable coup de coeur ( le 1er de l'année =) C'est beau, touchant, pleins d'espoirs et d’humanité, j'ai passé un agréable après-midi avec Reza. J'en redemanderai bien encore !! Je recommande ce témoignage magnifique.
Lire plus

19/09/2018
3.0
Le prince à la petite tasse d'Emilie de Turckheim chez Calmann Lévy aout 2018.Reza est un jeune Afghan . Il a obtenu des papiers, un travail et trouvé où habiter quand Emilie de Turckheim, Fabrice et leurs deux enfants Marius et Noe lui offrent l'hospitalité. Un jeune homme attachant, toujours en mouvement , toujours sur le qui-vive, qui a du mal à s'exprimer en français mais qui n'en pense pas moins. Ce sont ces 9 mois passés ensemble qu'Emilie de Turckheim a décidé de nous relater. Le ton est juste,[...]
Lire plus

23/07/2018
5.0
Ce témoignage est celui d’une écrivaine qui a hébergé chez elle, avec son mari et ses enfants, un Afghan, un migrant. Pendant plusieurs mois, sous la tutelle du Samu social, ils ont vécu ensemble, appris les uns des autres, ont développé un attachement « non contractuel ». Le début de la lecture a été intellectuellement pénible. Je trouvais facile pour cette famille que l’on pourrait qualifiée de « bobo », vivant dans le 5ème arrondissement de Paris avec vue sur le Panthéon, de se montrer généreux[...]
Lire plus