Le Tour du monde en quatre-vingts jours

(Le Livre de Poche)
3.6 ( 5 votes )
Recommandé par
2 DéLecteurs

Phileas Fogg est un homme d'une ponctualité infaillible. Ce Londonien discret et fortuné a un emploi du temps immuable. On ne lui connaît qu’une occupation, le Reform-Club, et qu’un seul vice, le whist ! Ce portrait aurait pu en décourager plus d’un. Pas Jean Passe-Partout, son nouveau domestique français : enfin un maître sans histoire.
Mais, le jour même où il l’engage, Fogg parie qu’il réalisera le tour du monde en quatre-vingts jours pour prouver la véracité des calculs du Morning Chronicle ! Rendez-vous est pris. Toute l’Angleterre se passionne pour les exploits de ce gentleman. L’inspecteur Fix aussi, mais pour d’autres raisons : vingt mille livres sterling viennent d’être dérobées à la Bank of England et la description du voleur correspond à celle de Phileas Fogg.
Mais que ce soit en paquebot, en train, en yacht, en traîneau ou même à dos d’éléphant, notre duo fera tout pour revenir triomphant à Londres !
Améliorer la fiche

Qu’en avez-vous pensé ?

14/01/2019
3.0
Un savoureux récit d'aventures en mode steampunk * Et voilà, j'ai enfin dépoussiéré ma bibliothèque pour sortir un classique que je n'ai jamais lu . Shame on me :) Jules Verne est pourtant le précurseur, le père de la science-fiction française. J'aurais dû commencer par lui. Comme vous certainement, j'avais visionné le dessin animé des années 80 de cette célèbre histoire (où les personnages sont des félins, renards...). Alors, est-ce la nostalgie qui s'est emparée de moi à la lecture de ce récit truculent ? Certainement. * Le début est un peu poussif. L'auteur prépare l'atmosphère si steampunk du 19eme siècle. Le pari est lancé et d'un coup, l'aventure commence pour de bon. Pas de fioritures, pas de précisions superflues, comme les héros, n'emportant que le strict nécessaire, la course contre la montre a débuté. * Le temps, parlons-en. Ici, il est partout, mis à toutes les sauces. Forcément, c'est lui qui scande l'aventure à proprement dite. Ah, quel rythme effréné! Entre péripéties, découvertes et rencontres malavisées, les héros sont bien malmenés. C'est ce qui fait son charme. Et bien sûr, j'ai souvent pensé à Tintin, notre célèbre reporter, aventurier hors pair qui a également sillonné la planète entière. Lui aussi a su utiliser toutes les ressources, tous les moyens de transport à sa disposition. * Je regrette toutefois des situations trop "faciles" où la situation se rétablit d'un clignement d’œil (ou plutôt d'argent distribué). Dommage aussi que ce Phileas Fogg ne s'intéresse pas plus à ce qui l'entoure. Un peu de tourisme ne lui aurait pas fait de mal. (oui, j'ai trouvé ce personnage arrogant, froid et antipathique). J'ai passé un très bon moment. Et dans une prose littéraire soutenue mais accessible. Une parenthèse "vintage" délicieuse. * Petit bonus: durant ma lecture du roman, je l'ai entrecoupé de l'adaptation en BD (trilogie) qui complète mon imaginaire à merveille.
Lire plus